Programmation Hangart

Evènements du mois de Juin 2016

Evènements du mois de Juin 2016 qui vont passer au HANGART :

 

Spectacle :

FESTA DO BOI : Danse Folklorique Brésilienne

Le Vendredi 10 Juin 2016, à 20h30

Tarif unique : 10 euros

Renseignements & Réservations au 06 88 27 79 73
 

Quelques mots :

La festa do Boi représente la renaissance d’un bœuf tué par un esclave pendant la période coloniale, tradition née au XVIIIème siècle. C’est le festival le plus important de la culture populaire de l’état du Maranhão au Nord-Est du Brésil dont la principale ville est Saint Louis. Elle se déroule les mois de juin et juillet par  des danses folkloriques en tenue d’indiens, des spectacles dans les différents quartiers de la ville avec des Boi de multiples couleurs et paillettes.

Conférence :

« 7 à vous »

Le Lundi 13 Juin, à 15h,

Le Cercle des Poétesses Marseillaises Vivantes

Initié par Guy FEUGIER

Entrée libre

Théâtre :

"L'homme idéal" organisé par le CMA Hopkinson

Le Lundi 13 Juin 2016, à 20h30

Entrée Gratuite sur Réservations, par email à : hangart.contact@orange.fr  car Places Limitées.

Synopsis :

Six femmes, en quête de l'homme idéal, font appel à une agence matrimoniale tenue par une habile manipulatrice. Son complice, un comédien en manque de revenus, va rencontrer chacune de ces femmes en se faisant passer pour leur homme idéal. Le pot aux roses finissant par être découvert suite à une série de qui pro quo, les six femmes finissent par rendre visite à l'instigatrice de ce projet, avec son complice, et réalisent qu'elles détiennent le pouvoir d'être actrices de leur vie.

 

Théâtre :

"Partisans" de Régis Vlachos, en partenariat avec Cie In Theatro Veritas

Le Vendredi 24 Juin 2016, à 20h00

Tarifs : 3 euros / 5 euros

Renseignements & Réservations au 06 98 39 50 68
 

Mise en scène :

Roxane Reymond

Comédiens :

Margaux Paz Paredes, Adrien D'Ambrosio, Nicolas Broche

Quelques mots :
 

L'histoire se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale, lors du premier Conseil National de la Résistance, le 27 mai 1943. Trois jeunes résistants, accompagnant les chefs des différents partis de la Résistance, se rencontrent à cette occasion. Tout les oppose, sauf la cause qui les a réuni. Dans ce huit clos, les personnages se disputent, dialoguent, se confient, changent le monde et soulèvent des problèmes de société en attendant dans l'antichambre du Conseil.

 

 

Note d'intention :

Cette pièce permet de voir de plus près ce qui s'est passé lors de ce premier Conseil National de la Résistance, car bien qu'elle ne se déroule pas dans la chambre même du Conseil, ce qui se passe dans l'antichambre apparaît comme un miroir. Le texte retrace ainsi avec humour et finesse les événements de ce 27 mai 1943, tout en y faisant passer des messages.

Cependant, au-delà du moment historique dans lequel la pièce s'inscrit, le 27 mai 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale, c'est une pièce engagée qui soulève des problèmes de société, encore actuels : l'égalité hommes-femmes, la passivité des gens face à la liberté qu'on leur enlève, aux violences, aux injustices qui se déroulent sous leurs yeux, les droits des travailleurs, les lois sociales, etc.

Sans pour autant être didactique, la pièce conduit le spectateur à s'interroger sur ces problèmes, et à réfléchir. Elle lui donne des pistes de réflexion mais ne prétend pas détenir la vérité absolue. Ainsi, au début de la pièce on se pose l'éternelle question sans réponse « Qu'aurai-je fais à cette époque ? Aurai-je résisté ou aurai-je subi ? », mais à la fin de la pièce on s'interroge autrement, on se demande « Qu'est-ce que c'est que résister aujourd'hui ? ».

De plus, cette pièce livre des informations sur des éléments inconnus. Ce qu'il se passe dans cette pièce est un reflet de l’a côté. En effet, la pièce permet de s'intéresser à autre chose qu'aux figures emblématiques, qui sont là, mais que l'on ne voit pas, en donnant la parole à des résistants, des êtres humains, que l'on a pas entendu, des anonymes qui ont pourtant permis la libération. On peut ainsi amener une présence féminine, qui n'était pas présente lors du Conseil de la Résistance, et qui, par conséquent, soulève d'autres interrogations que les hommes ne se posent pas nécessairement.

Si nous tenons à monter cette pièce, c'est parce qu'elle nous touche personnellement, tout d'abord par rapport aux personnages, qui ont notre âge (la vingtaine) et qui ont déjà une certaine vision du monde, même s'ils sont encore jeunes. C'est également pour les propos mêmes de la pièce, pour le message qu'elle cherche à délivrer, pour les réflexions qu'elle veut apporter. Nous aussi nous voulons permettre aux spectateurs de réfléchir sur ces questions, et pourquoi pas, d'agir à leur tour pour faire avancer les choses. Ce texte permet de montrer que tout le monde peut se battre pour une cause, puisque les trois personnages viennent de milieux très différents, et pourtant, ils se battent ensemble pour une même raison : la liberté.

 
glqxz9283 sfy39587stf02 mnesdcuix8